Greedno, encyclopédie gratuite en ligne
Art/Cinématographie/Histoire du cinéma suédois

 

          Actualité          

          Suivez ici l'actualité de Greedno.fr sur facebook                  

Art   Economie   Environnement   Justice   Personnalité   Politique   Science   Société   Sport   Technologie

                  
                                                               

Art >> Cinématographie >> Histoire du cinéma suédois                                                      << Jeux gratuits en ligne >>

 Histoire du cinéma suédois ________________________________________________________

Il fait son entrée en 1897 grâce aux opérateurs des frères Lumières, à l’exposition des arts et de l’industrie de Stockholm où a été tourné le 1er court-métrage documentaire. Filmé à son arrivée à l’exposition, le roi Oscar II a été la 1ère vedette suédoise.

Oscar II de Suède (1829-1907)

Charles Magnusson (1878-1948), fondateur en 1907 de Svenska Bio, développa une production de qualité en employant des hommes venus du théâtre (Victor Sjöström, Mauritz Stiller). Les 2 réalisateurs seront les piliers de l’école poétique suédoise pendant plus de 10ans. C’est entre 1912 et 1916 qu’ils seront les plus productifs. En 1916, leur contrat arrivant à terme, Magnusson souhaite les garder en leur donnant ainsi une plus grande liberté créatrice. C’est un cinéma ou la nature est très présente : acteurs dépourvus de maquillages jouant naturellement, plans extérieurs, image réaliste grâce à l’éclairage naturel. Le paradoxe, c’est qu’il y a beaucoup d’effets spéciaux (surimpression, ombre, etc..).

Charles Magnusson (1878-1948)

La Suède va résister à la 1ère guerre car elle demeure neutre tout comme le Danemark. En 1919, la Skandia et la Svenska fusionnent pour former la Svensk Filmindustri devenant ainsi la plus grosse firme scandinave.

La nouvelle firme engage d’autres réalisateurs notamment des étrangers dont le danois Carl Theodor Dreyer. Vers 1920, la Suède était parmi les grands pays de cinéma. Cet âge d’or a été de courte durée. L’originalité de Sjöström et de Stiller les amena à Hollywood où ils furent rejoints par Greta Garbo, révélée par Stiller en 1924 dans la Légende de Gösta Berling. La même année, le pays subit une crise économique. La major décline, des professionnels émigrent aux Etats-Unis et l’arrivée des films américains arrivent en masse. D’autres cinéastes leur succédèrent comme Gustaf Molander ou Alf Sjöberg qui débuta en 1929 avec le Plus Fort. La Seconde Guerre a élargi l’horizon des metteurs en scène suédois qui, devant les événements, ont mis leur inspiration au service de thèmes plus graves que le divertissement laissant espérer que la Suède reprenne sa place parmi les nations cinématographiques respectées. L’après-guerre a été marquée par l’émergence des festivals et par un regain d’intérêt pour le film d’art et d’essai. Ainsi, s’affirme Ingmar Bergman, cinéaste prestigieux. En 1951, Alf Sjöberg remporte le Grand Prix du festival de Venise pour Mademoiselle Julie. À Cannes, en 1956, Bergman est salué par la critique internationale pour Sourires d’une nuit d’été. Au début des années 1960, l’industrie connaît une crise avec l’arrivée de la TV qui détourne le public des salles obscures. En 1963, la production suédoise entre dans une phase nouvelle avec la signature d’une convention culturelle entre le gouvernement et la profession, qui prévoit des financements substantiels. Le but a été de supprimer la taxe de 25% jusqu’alors prélevée sur les entrées. En échange, les exploitants versaient 10% de leurs recettes à l’Institut du film suédois. L’intérêt était de faire contribuer les recettes des films étrangers au financement du cinéma suédois. Cette réforme a conduit à l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes originaux dont Jan Troell, Roy Andersson, Vilgot Sjöman (avec ses films partiellement improvisés, comme Je suis curieuse -jaune 1967) et l’actrice passée à la réalisation Mai Zetterling. Dans les années 1980 l’industrie se rapproche avec les marchés de la TV, de la vidéo et du paiement à la séance. Dans les années 1990, les avancées du numérique font baisser les coûts de production. La production annuelle s’est accrue après le tournant du millénaire. Parmi les réussites artistiques figurent Chansons du 2ème étage (2000) de Roy Andersson, Lilya 4-ever (2002) de Lukas Moodysson, et Au point du jour (2003) de Björn Runge. En 2005, le Scarabée d’or (équivalent des Oscars) du meilleur film a été attribué au Voyage de Nina et en 2008, Morse de Thomas Alfredson, a reçu de nombreux prix à travers le monde. La Svensk Filmindustri a produit 1200 films dont les œuvres majeures de Stiller, Sjöström et Bergman. C’est la plus importante firme depuis 1907. En 1988, elle a été scindée en 2 sociétés, SF Bio AB (chaîne de salle) et AB Svensk Filmindustri (société de production). Depuis fin 1990, Sonet Film AB produit et distribue avec succès des projets cinématographiques audacieux et atypiques. Sveriges Television AB, la TV publique, coproduit des longs métrages suédois. Le talent des actrices Greta Garbo et Ingrid Bergman ont permis au cinéma suédois de conquérir le monde. Ce cinéma qui célèbre le pouvoir de la nature et où domine la vie intérieure des personnages reste dans nos mémoires.

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1