Greedno, encyclopédie gratuite en ligne
Art/Cinématographie/Qu'est-ce que le cinéma ?

 

          Actualité          

          Suivez ici l'actualité de Greedno.fr sur facebook                  

Art   Economie   Environnement   Justice   Personnalité   Politique   Science   Société   Sport   Technologie

                  
                                                               

Art >> Cinématographie >> Qu'est-ce que le cinéma ?                                                        << Jeux gratuits en ligne >>

 Qu'est-ce que le cinéma ? ___________________________________________________________

Au 19ème siècle, la photographie, procédé chimique et mécanique, libère les arts plastiques du souci de ressemblance. Le cinéma en apporte l’illusion du mouvement grâce à la juxtaposition de photogrammes et capture le passage du temps. Il agit émotionnellement sur la vie du spectateur comme une musique agit sur l’oreille. C’est le seul art représentant au mieux le réel en l’enregistrant. Donc, le cinéma n’est pas réaliste mais, montre des choses susceptibles d’exister et d’avoir exister. Le cinéma est un art de la figuration des choses sur l’écran. L’image est un acte de création car c’est entrain de se produire devant les yeux du spectateur. Le cinéma est donc un art anachronique.

Le cinéma, par sa nouveauté, a provoqué un émerveillement et un effroi. C’est un spectacle qui singe la vie tout en excluant les odeurs, les couleurs, etc…(pas de couleur au début de cet industrie). Il y a un mélange de croyance et d’incroyance. Le monde moderne se caractérise par le machinisme et la vitesse. Marinetti et les futuristes l’assimilaient au dynamisme de la modernité. Gance affirme qu’il existe de la lumière comme il existe une musique des sons.

______________________________________________________________________________________________________

Différence ontologique entre l’image et le réel

Le complexe de la momie

Théorie du 7ème art

Symphonie visuelle du cinéma

Le temps au cinéma

La pensée visuelle du cinéma

Photogénie : la beauté révélée

Photogénie mystérieuse

L’Œil ciné

L’ambiguïté du réel

Différence entre vision réelle et vision cinématographique

Illusion partielle

Ségrégation des espaces

Caractère para-onirique du cinéma

Art magnétisant

Complexe anthropo-cosmomorphisme (l’âme du cinéma)

C’est quoi un bon film ?

Vocabulaire scientifique du cinéma

______________________________________________________________________________________________________

Différence ontologique entre l’image et le réel

  • Versant Lumière : capacité du cinéma qui étonne par son réalisme. Volonté d’exactitude et de précision pour un but documentaire et concevoir des vibrations et des sensations auprès du spectateur.
  • Versant Méliès : le cinéma comme une continuation de la tradition du fantascope et du mystère. Le spectateur est émerveillé par le spectacle lumineux, la manipulation, les artifices, la mise en scène pour un but fictionnel.

 

______________________________________________________________________________________________________

Le complexe de la momie

Depuis l’âge de pierre, le complexe de la momie existe. Nous avons tous le désir de sauver l’être de son apparence éphémère. C’est une quête permanente qui nous permettra d’échapper au fleuve du temps et de devenir immortel. C’est un concept de momification, de conservation de l’apparence grâce à la photographie qui en apporte l’immortalité, la durée des choses : le cinéma est donc magique. (théorie d’André Bazin dans qu‘Est-ce que le cinéma 1958)

 

______________________________________________________________________________________________________

Théorie du 7ème art

Le cinéma est une peinture en mouvement. Il perfectionne la peinture en apportant le mouvement. Le cinéma est une synthèse des autres arts (les arts du temps et de l’espace). Donc, c’est le 7ème art , l’art de la 4ème dimension (les espaces et le temps), un art rassemblant et empruntant les autres arts. C’est une fusion réunissant la pulsion plastique de l’espace et la pulsion rythmique du temps. (théorie de Ricciotto Canudo qui fonda la gazette des 7 arts en 1922 et écrivit le manifeste du 7ème art en 1923 qui permit de rehausser le sens de cette industrie)

 

______________________________________________________________________________________________________

Symphonie visuelle du cinéma

Le cinéma est une symphonie visuelle, un art poussé vers l’abstraction : un art impressionniste. C’est un art pur et absolu car c’est l’art du mouvement et du non-dit (théorie du silence), une rhétorique plus éloquente et révélatrice. Quoi de plus mouvementé qu’une vie psychologique avec ses réactions, ses multiples impressions, ses rêves et ses souvenirs. Le cinéma est merveilleusement outillé pour exprimer ces manifestations de notre pensée, de notre cœur et de notre mémoire. Chaque élément de mise en scène correspond à une note de musique. La syntaxe, l’orchestration, doit former une symphonie osmotique. La mesure, la rigueur rythmique de la musique et de l‘image, doit être parfaitement synchrone. Chaque plan possède une valeur rythmique qui doit être harmonisé avec les autres. (théorie de Germaine Dulac)

 

______________________________________________________________________________________________________

Le temps au cinéma

Le cinéma est un art qui reproduit le temps voire le produit grâce à des vitesses d’obturations variables et des réversions pelliculaires. Par conséquent, le cinéma abstrait le réel. (théorie de Jean Epstein)

 

______________________________________________________________________________________________________

La pensée visuelle du cinéma

Le cinéma donne à voir un nouveau type de pensée : la pensée visuelle. Les idées apparaissent à travers l’hégémonie des images comme la littérature avec l’hégémonie des mots. La caméra est poète à sa façon. (théorie de Béla Balazs)

 

______________________________________________________________________________________________________

Photogénie : la beauté révélée

C’est l’euphonie dans un contexte photographique. Aptitude du cinéma à révéler la beauté du monde, de le mettre en valeur. L’Œil de la machine est supérieur à l’œil humain et donc, permet de dépasser le visible. Ça nécessite une maîtrise de la lumière et de l’appareillage technique, des acteurs plastiques et du hasard entrant par effraction et spontanéisme (plus facile à obtenir dans les actualités que dans les fictions). Un acteur plastique a conscience de son jeu, de comment il va apparaître à l’écran car il deviendra une forme de spectre cinématographique. Son corps devient irréel. L’acteur pense à l’espace qu’il occupe dans le cadre. C’est ça un acteur talentueux. Il questionne le réalisateur sur sa mise en scène afin d’anticiper toute manœuvre verbale et non-verbale. La photographie et par conséquent, la cinématographie, éclore le soudain. C’est le hasard qui révèle la beauté. (théorie de Louis Delluc)

 

______________________________________________________________________________________________________

Photogénie mystérieuse

Augmentation qualitative d’un plan quand celui-ci exprime des affects (exemple : flingue=mort). La photogénie est tout sujet et objet qui accroît sa qualité morale par sa reproduction cinématographique. Ça produit quelque chose de plus que l’image en elle-même. Tout peut avoir cette majoration morale. La photogénie donne du relief, de la profondeur dans le temps et l’espace : c’est la perspective temporelle. Les choses vivent dans l’espace/temps reflètant ainsi leur personnalité. Leur âme devient visible même si la chose est inerte. Grâce au cinéma, les choses acquièrent une âme comme par exemple, le gros plan perso-revolver. C’est l’expression la plus pure du cinéma (écriture du mouvement). L’objectif du cinéma est de publier l’intimité des âmes et des mystères du monde : c’est le révélateur d’une photogénie indéfinissable. (théorie de Jean Epstein)

 

______________________________________________________________________________________________________

L’Œil ciné

L’Œil ciné représente la réalité et révèle une vérité plus profonde grâce aux arrêts sur image, aux vitesses d’obturations variables, aux échelles de plans, etc… permettant de restituer le réel de façon plus complète et d’en dévoiler des plans inaccessibles à l’œil nu. La caméra doit filmer sans indiscrétion, sans scrupule et à l’improviste. (théorie de Dziga Vertov)

 

______________________________________________________________________________________________________

L’ambiguïté du réel

Le cinéma est une empreinte du réel car les images sont sélectionnées et travaillées par le regard du réalisateur. Plusieurs possibilités d’image selon qui la faite. Le cinéma saisit le réel dans sa complexité et son ambiguïté en nous montrant le monde avec ses rapports invisibles et secrets comme les rapports sociaux, les rapports avec la nature et toute l’esthétique qui en découle pour en dévoiler sa machinerie tout en conservant l’objectivité, l’opacité et le mystère, et sans montrer le monde dans une supposée vérité ou nudité. D’où le terme ambiguïté du réel car le monde est fantastique et le cinéma donne à voir ses coulisses. Son réalisme n’est pas une reproduction mimétique du réel mais constitue une tentative de s’en approcher non pas pour s’en emparer mais pour en dévoiler l’ambiguïté, en révéler la trace ou quelques vérités. Cette théorie rend hommage à la complexité du réel au lieu de la disséquer et de la réorganiser à la manière d’Eisenstein ou de la banaliser et de la standardiser comme le fait le cinéma classique. Le cinéaste devient le médiateur entre le réel et le spectateur. (théorie d’André Bazin)

 

______________________________________________________________________________________________________

Différence entre vision réelle et vision cinématographique

Les différences, les déficiences, les faiblesses et les infidélités du cinéma (fiction, copie dévaluée et dénaturant le réel) par rapport au réel sont le fruit de plusieurs artifices, des facteurs d’expressions esthétiques orchestrés par la main de l’homme.

  • Projection de volume sur une surface plane en 2D (champ de vision différent du réel)
  • Limitation de la profondeur spatiale car il n’y a pas de relief concret (dépend du décor et de l’objectif)
  • L’éclairage car la lumière modifie notre perception du monde
  • Le cadrage qui délimite l’image. Le monde est subjectif et clos.
  • Abolition de la continuité spatio-temporelle. On passe d’une temporalité à une autre.
  • Réduction de l’activité sensorielle (sous-motricité et sur-perception, le spectateur est physiquement en dehors du film mais est à l’intérieur par son regard. D’après Christian Metz, le spectateur s’identifie à la caméra car elle semble être son champ de vision. On emploie donc des figures de styles pour éveiller les autres sens.
  • Distance orthoscopique non respectée lors de la projection

Le cinéma reproduit le monde différemment. Cette différence entre vision réelle et cinématographique, fait du cinéma un art de la représentation d’évènements. (théorie de Rudolph Arnheim)

 

______________________________________________________________________________________________________

Illusion partielle

Perception lacunaire et incomplète de la réalité. Cette illusion est dû aux déficiences du cinéma. Cette illusion est un contrat consistant à dire « je sais bien mais quand même, je vais accepter d’y croire » car c’est l’objectif du cinéma. On veut y croire sinon, on irait pas au cinéma voir de nouvelles histoires (théorie de Rudolph Arnheim)

 

______________________________________________________________________________________________________

Ségrégation des espaces

Espace séparant la diégèse et la projection. Ce monde, même s’il est proche de nous, est coupé du spectateur car on ne peut pas toucher les choses écraniques. Entre les 2 espaces, il y a l’écran. Cette ségrégation est abolit lorsqu’un personnage s’adresse directement à la caméra créant ainsi un lien qui interpelle le spectateur, un échange de regard, ce qui casse la fiction. Il y a une connivence entre le spectateur et le personnage. Le cinéma transforme le réel en signes auditifs et visuel. Par conséquent, le cinéma signifie le monde. (théorie de Rudolph Arnheim)

 

______________________________________________________________________________________________________

Caractère para-onirique du cinéma

L’ensemble des conditions dans lesquelles se trouve placé le spectateur : obscurité, excitation rétinienne, confort, absence réel des acteurs, contemplation attentive, contribuent à l’embarquer dans la diégèse. Cette passivité physique et cette activité réceptive lui ouvre la porte de l’évasion et du rêve : c’est la part magique du cinéma. Il se produit un transfert d’informations car le spectateur attribue au personnage des caractères qui lui sont propres et réciproquement. Cependant, ceci n’est pas une participation cinématographique mais affective. Pour le cinéaste, le rêve devient un objet alors que pour le spectateur, cet objet devient un nouveau rêve. (théorie d’Edgar Morin)

 

______________________________________________________________________________________________________

Art magnétisant

La conception surréaliste du cinéma ne remet pas en question le mode représentatif mais, elle subvertit la narrativité. C’est que le cinéma plonge le spectateur dans un état d’hallucination consciente qui le rapproche du rêve, le plonge dans une dimension onirique, le magnétise. (théorie d’André Breton)

 

______________________________________________________________________________________________________

Complexe anthropo-cosmomorphisme (l’âme du cinéma)

En regardant un film, on subit une expérience à la fois affective et magique car le cinéma illusionne le réel en donnant vie à l’inanimé. Il a cette volonté d’aller vers le réel et de remettre de la magie dans le monde. C’est l’art le plus fidèle à la réalité. On croit ce que l’on voit car les images sont prélevées dans la réalité. Le cinéma reconstruit le monde avec ses évènements mais en donne une autre interprétation. Le lien avec le réel est fort mais il y a une ambiguïté esthétique entre réalisme et analogie. C’est une réalité semi-imaginaire.

  • -Anthropomorphisme : le spectateur ressent des affects grâce à la personnification physique et morale des choses leur procurant ainsi, une identité (ex : le gros plan du révolver)
  • -Cosmomorphisme : le spectateur renoue avec la magie du monde. Ça renvoie à ce qui est inexplicable et à la métaphysique.

Le cinéma donne à voir la pénétration de l’homme dans le monde. Il se produit un équilibre entre l’illusion affective (anthropomorphisme) qui nous ramène à soi et l’illusion magique (cosmomorphisme) qui nous ramène vers le monde. C‘est le complexe anthropo-cosmomorphisme. (théorie d’Edgar Morin)

 

______________________________________________________________________________________________________

C’est quoi un bon film ?

Un bon film doit posséder au moins 1 des critères suivants : succès, réussite technique, édifiant, émouvant, original, cohérent. (théorie de Laurent Julier)

 

______________________________________________________________________________________________________

Vocabulaire scientifique du cinéma

  • Afilmique : vocable qui désigne le monde réel par opposition au monde du film. Un extérieur, un paysage, un édifice, sont des données afilmiques car elles existent réellement. Le réalisme est de créer des films en harmonie avec la réalité.
  • Créatoriel : vocable qui désigne les différents créateur du film et l’acte de création (scénario, dialoguiste, bruiteur, etc…)
  • Diégèse : vocable qui désigne le monde du film.
  • Écranique : vocable qui désigne tous ce qui apparaît à l’écran, ce qui est visible, tous les éléments de mise en scène. L’image écranique est plane.
  • Filmographique : vocable qui désigne le support filmique.
  • Profilmique : vocable qui désigne tous les usages destinés au film (marketing, tournage, décor, etc…)
  • Filmophanique : vocable qui désigne tout fait inhérent à la projection du film devant les spectateurs. 24 images filmographiques représentent 1 seconde de durée filmophanique.
  • Spectatoriel : vocable qui désigne les effets psychologiques du spectateur à l’intérieur du système de projection (jet de pop-corn, hilarité, pleurnichement, etc…). Ces effets sont liés à plusieurs facteurs (influence de l’affiche, jugement conversé avant ou après la projection, âge, statut du public, etc…)

Les anticinéma affirment que le cinéma reproduit le monde en moins bien.

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1