Greedno, encyclopédie gratuite en ligne
Environnement/Sociologie de l'environnement

 

          Actualité          

          Suivez ici l'actualité de Greedno.fr sur facebook                  

Art   Economie   Environnement   Justice   Personnalité   Politique   Science   Société   Sport   Technologie

                  
                                                               

Environnement >> Sociologie de l'environnement                                                                << Jeux gratuits en ligne >>

 Sociologie de l'environnement ___________________________________________________

Étude des comportements humains à partir des relations que les humains entretiennent entre eux et leur l’environnement. La sociologie de l’environnement existe depuis les années 90 et la prise de conscience du non-nombrilisme de l’homme et des limites physiques, biologiques et chimiques de la croissance économique date des années 60.

L’espace naturel comporte une part de dérivé naturel (climat, relief, etc…) mis en forme par l’activité humaine. Le résultat de cette activité est défavorable pour la nature. Lorsque l’on évoque notre perception de l’environnement (social, écologique, politique, etc…), on doit intégrer la dimension de la mondialisation : penser à l’échelle du monde. Les sociétés donnent un sens au milieu naturel car un même élément peut avoir des significations différentes selon l’époque. Par exemple, le dolmen peut avoir un sens religieux ou touristique en fonction du changement des sociétés. Ainsi, le traitement social de cet élément change également. Il y a très peu d’espace naturel mis à part les déserts. Le milieu naturel est transformé et façonné par les sociétés et réciproquement. Mais, lorsqu’un élément de l’écosystème est perturbé, c’est l’écosystème entier qui est perturbé.

______________________________________________________________________________________________________

Société de non distinction entre sauvage et domestique

Dichotomie entre sauvage et domestique dans la société occidentale

En occident, il y a 2 conceptions de l’environnement

______________________________________________________________________________________________________

Société de non distinction entre sauvage et domestique

Les indiens Achvar vivent dans des clairières près d’un cours d’eau. Les femmes s’occupent des jardins tandis que les hommes s’occupent de la chasse. Il n’y a pas de distinction entre plante sauvage et plante domestique. Aucun animal vit sous la dépendance des hommes car ils partagent le même lieu. Ils vivent en osmose. Exception faite pour le chien qui est un auxiliaire de chasse. La forêt fait partie intégrante de l’espace occupé. C’est un entrepôt à manger. Elle est donc exploitée et appropriée mais, non impénétrable comme chez les occidentaux. Les indiens ne dominent pas la nature. Il n’y a pas d’opposition entre nature et culture. Tous les êtres animés appartiennent à la même communauté. La nature naturalise l’homme tandis que l’homme anthropomorphise, personnifie, humanise la nature. Elle possède ainsi une âme. Une sorte de ritualisation est orchestrée avant ou après la chasse pour remercier la nature de sa générosité. Néanmoins, il y a une distinction entre l’homme et la femme alors que c’est de moins en moins le cas chez les populations occidentales.

 

______________________________________________________________________________________________________

Dichotomie entre sauvage et domestique dans la société occidentale

Les occidentaux font de l’exploitation agricole extensive et intensive et de l’élevage (société agrarienne). Cette biocénose domestiquée contribue à modifier l’écosystème pour satisfaire la production. Toute transformation du mode de production a des effets sur l’agrosystème. Notre société se résume à un habitat entouré d’un champs et de passerelles dont le tout est entouré d’une forêt. Ce qui est qualifié de sauvage Est-ce qui se trouve dans cette forêt. L’exploitation agricole est le fruit d’une conversion du sauvage, d’une domestication pour mieux l’appréhender. Le reste demeure sauvage.

 

______________________________________________________________________________________________________

En occident, il y a 2 conceptions de l’environnement

  • Conscience écologique : le milieu naturel est un espace de récréation qu’il faut préserver et protéger de l’activité humaine pour éviter sa dégradation. Chaque individu est responsable. Ce qui est naturel est tous ce qui est symboliquement associé à la nature. Toute qualification naturelle permet la protection. La biocénose est valorisée en tant que symbole naturel. Par exemple, le loup est devenu altruiste et un auxiliaire pour l’homme dans les livres enfantins. La marchandisation des OGM, de la fécondation in vitro et brevetabilité du vivant, permet d’évincer les sujets naturels du système marchands. L’environnement, bien commun à tous, est, dans le quotidien, ressenti comme étant de moins en moins naturel et rural et de plus en plus urbain, contrôlé et construit. Il est de plus en plus perçu comme une ressource épuisable et non renouvelable. Les femmes sont plus réceptives à cette dégénération et sont plus sensibles au développement durable. Une pensée progresse affirmant que la nature ne peut s’en sortir sans l’aide de l’homme. Les femmes sont plus réceptives à cette dégénération. Les citadins qui ont une culture centrée sur l’entretien d’un jardin et sur le droit de propriété d’animaux domestiquent pensent que la nature est une ressource illimitée mais certains d’entre eux pensent que nous la détruisons de manière irréversible et inextinguible. Les gens sont favorables à une certification de la production respectueuse de l’environnement écologique.
  • Conception héritière d’un apport productif : le milieu naturel est riche de ressources potentielles exploitables. C’est un outil de production (eau, terre, forêt, etc..). l’homme a évolué culturellement. Au 18ème siècle, 85% de la population mondiale vivait de son exploitation (pêche, agriculture, sylviculture, etc…) contre 15% au début du 21ème siècle. Pour certains capitalistes, l’écologie est une source de croissance mais pour d’autres, une source de contrainte incitant à délocaliser la production. L’entreprise intègre ces contraintes pour valoriser ses actions et s’adonner une bonne image de marque. C’est une évolution économique qui engendre aussi cette conscience. Plusieurs facteurs de contraintes dont la réglementation et les acteurs économiques et sociaux (riverains, associations, administration locale) moralisent les capitalistes. Il est nécessaire d’installer une instance et une fiscalité mondiale en faveur du développement durable.

 

______________________________________________________________________________________________________

 

© 2013 - 2011 Greedno
UA-36419709-1